Petit bonheur creatif

Loisirs creatifs DIY
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Toilettes sèches-Toilettes d'intérieur

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin

Messages : 437
Date d'inscription : 25/04/2018

MessageSujet: Toilettes sèches-Toilettes d'intérieur   Dim 13 Jan - 14:31


ATENTION A LA VENTILATION

Les modèles à compostage direct, qu'ils soient commerciaux ou auto-construits, nécessitent une ventilation efficace. Dans une maison déjà équipée d'une VMC (la ventilation électrique, de plus en plus répandue), attention aux interférences. Car si ce truc ronflant sait faire circuler l'air (et la poussière), il risque d'être perturbé par la ventilation fixée sur le réservoir des toilettes et vraiment indispensable pour en chasser le méthane, stimuler le compostage à l'intérieur et éviter les odeurs déplaisantes. Dans sa version la plus simple, elle consiste à fixer un tuyau de 15 cm de diamètre sur l'assise des toilettes afin d'aérer le contenu des cuves à compost. Il doit filer droit et dépasser du toit d'au moins 50cm, coiffé d'un chapeau anti-pluie ou mieux, d'une boule aspirante actionnée par le vent (tout ça au rayon tuyaux de poêle).

Pour réduire l'entretien à presque rien et récolter un super compost, affûtez les crayons, préparez la bétonnière et cajolez les bricoleurs car vous aurez sans doute besoin d'un coup de main.

1 -  L'emplacement idéal, c'est contre un mur extérieur ombragé, au rez-de. chaussée d'une maison avec sous-sol.
Sans sous-sol, si la maison se trouve en haut d'une pente, on peut en profiter pour creuser la cavité nécessaire aux composteurs. Dans tous les cas, on les vide par 2 trappes donnant sur l'extérieur, donc prévoir une aire d'accès d'au moins 1,50m de long et 1m de large pour extraire le compost facilement.

Pour 4 occupants: 2 cases de 0,70x0,70x2,20m permettent de récolter un demi-mètre cube de compost mûr par an. On utilise alternativement chaque case: pendant que la seconde se remplit, le compost de la première mûrit. On peut aussi ne les vider que tous les 4 ans si l'on n'a pas besoin du compost.

2 - Une assise basse, à 40 m du sol, convient aux petits comme aux grands. On peut la découper dans un plan de travail en bois. Percer aussi 2 trous pour la ventilation de chaque composteur. L'assise repose sur 2 cases en parpaings de 10 cm d'épaisseur, soigneusement enduits au ciment.
Si vous craignez qu'un excès de liquide n'entrave le compostage, ménagez un rebord de 5-6 cm à la base des composteurs dans lequel vous scellerez 2 portions de 30 à 50cm de tuyau d'arrosage pour l'évacuer, vers un seau fermé par exemple. Cette évacuation sert aussi de ventilation basse, ce qui améliore la circulation de l'air dans les composteurs.
Toutefois, s'ils sont bien dimensionnés, si leurs usagers incorporent au moins 3 poignées de sciure à chaque passage, aucun liquide ne s'échappe.

3 - À cause de l'important dégagement de méthane du compostage en vase clos, chaque récipient doit être ventilé par un tuyau d'au moins 10cm de diamètre.
Pour éviter toute odeur, le tuyau doit dépasser d'au moins 0,50m du toit, à l'abri du vent. En le coiffant d'une boule d'extraction mécanique (environ 150 €), on s'assure une ventilation efficace (le tout en magasin de bricolage, au rayon chauffage et ventilation).


4 - Placer une grille en gros grillage épais sur un bourrelet en ciment à 10cm du fond, permet de fabriquer du vermicompost, en évitant le contact de l'urine aux eisénias, car elle ne leur vaut rien. Avant mise en service, couvrir la grille de 20-30cm de litière, voire davantage (Clivus remplit ses cuves aux 2/3).
Le vermicompostage permet de récolter du compost d'élite, mais il faut attendre au moins un mois d'usage pour introduire un récipient plein d'eisénias, afin qu'ils trouvent suffisamment de matière organique pour s'activer.
On le suspend contre une paroi, à 30cm du fond du composteur. Il est conseillé de vérifier une fois par mois que les vers se portent bien.
Normalement, il y en a toujours dans le récipient si on le regarnit régulièrement avec en feuilles mouillées enroulées dans du carton humide.

5 - Pour extraire facilement le compost, il faut une trappe d'au moins 50cm de côté, fixée sur un cadre métallique. Une simple latte de 3x10cm tournant sur une vis fixée dans la paroi du composteur, suffit à la fermer hermétiquement


L'OPTION VERMICOMPOST

Si vous avez lu l'excellent Lombri­compost pour tous de Jean-Paul Collaert, vous connaissez la manne merveilleuse fabriquée par ces petits vers roses, Eisenia foetida, nichant dans les feuilles mortes qu'ils transforment en humus forestier. Dans le cas qui nous occupe, leur activité permet de récolter un compost extra. Mais pas beaucoup, car l'ami Eisenia réduit le volume du compost à presque rien, si bien que l'on arrive à ce paradoxe : la plupart des fabricants vantent l'atout eisénia pour son seul rôle de réducteur d'entretien, espaçant les récoltes de 3 à 10, voire 15 ans. Quid alors de leur qualité agronomique ? La plupart n'en savent rien et ne se montrent même pas intéressés, chose un brin curieuse pour des équipements censés être écologiques ! La suggestion que l'on pourrait adorer utiliser cette manne les laisse même pantois. Toutefois, il y a une exception en la personne d' Emmanuel Morin, fondateur d'Ecodomeo. Voulant en nourrir son jardin de Nyons (26), il s'est donné la peine de faire analyser le vermicompost qu'il récolte, tous les ans. Première bonne nouvelle, après 7 mois de compostage actif (au total environ 1 an après mise en service de la toilette), un produit fertilisant sain, conforme à la norme NFU 4451 ; deuxième bonne nouvelle : il est vraiment nourrissant, soit N 4 ; P 8,7 ; K 3,8, calcium 1,1 ; magnésium 2,8, avec environ 20 % de matière organique et un pH alcalin à 8,2. Bref, avec une récolte annuelle de 70 à 100 I (ils sont 6 à la maison), on comprend la fierté de ce véritable écolo-composteur devant un citronnier pliant sous les fruits (30 % du mélange au rempotage, 10 % en régime de croisière) et un olivier requinqué par un petit gavage médicinal f Précision intéressante, comme les eisénias ne digèrent pas le caca frais, Emmanuel conseille de vider le fond de la cuve sur une aire cimentée avant d'y introduire les eisénias et d'arroser au besoin, car ils ont besoin d'humidité, et de maintenir le tas couvert sous une bâche. Pour lui, l'option lombricompost directement dans le fond de la chambre à litière/déjections n'est pas convaincante, car eisénia périt au moindre contact avec de l'urine. D'après d'autres auteurs, pour que ça marche, il faut déposer les vers sur une grille au fond de la cuve, sous laquelle l'urine peut être évacuée, de préférence vers le compost et pas dans l'égout, même version filtre planté. À mon avis, si le système Ecosphère fonctionne bien, c'est parce qu'il est posé à même la terre, ainsi en cas de péril, les vers filent se réfugier au sous-sol... mais si M. SPANC inspectait vos toilettes maison construites sur ce modèle, ça pourrait mal se passer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ptitbonheurcreatif.forumactif.com
 
Toilettes sèches-Toilettes d'intérieur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un kit d'intérieur pour le Char B Bis
» Vecto : comment "détourer" l'intérieur d'une image ?
» tache a l'intérieur de mon zoom
» Intérieur / extérieur
» Papier vynil pour autocollant à l'intérieur d'une voiture...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Petit bonheur creatif :: P'tit bonheur créatif :: Pour le jardin-
Sauter vers: